Pellets de bois : comment éviter la surconsommation ?

Les pellets ou granulés de bois sont si précieux de nos jours. Ceci étant, il urge de savoir en faire usage à bon escient. Depuis le débordement des prix du pellet de bois, l’éloge de l’aspect économique fait par les fabricants n’est plus d’actualité. La tonne de pellet de bois est désormais à un prix important. De ce fait, n’ayant pas autre choix que d’en faire usage, il faut alors savoir comment s’y prendre. Comment éviter alors sa surconsommation ? Découvrez ici maintenant le mode d’emploi idéal des pellets de bois.

Quelle est la cause de la surconsommation des pellets de bois ?

Généralement, la cause principale de la surconsommation des pellets de bois réside dans le mauvais réglage du poêle. Il s’agit d’une erreur classique, mais indépendamment des utilisateurs du poêle. Le poêle est déjà réglé sur une mesure au préalable. Ces utilisateurs sont donc habitués à la routine.

A lire en complément : Rénovation électrique d'un logement : prix et démarches

Ensuite, l’autre cause de la surconsommation des pellets de bois se rapporte à un défaut de nettoyage. L’idéal est que le poêle à pellets soit nettoyé par semaine. Cet entretien permet le maintien du récupérateur de cendre, du foyer et de la vitre. En réalité, le poêle étant sale, a besoin de plus de pellets pour maintenir la même température.

Enfin, la surconsommation des pellets de bois peut être liée à un défaut de programmation du thermostat. La qualité des pellets est également mise en jeu. Toutefois, les pellets caractérisés par une norme DIN+ ou EN+ sont les plus efficaces.

A voir aussi : Plan de maison pour débutants : astuces et étapes essentielles

Comment procéder pour utiliser moins de granulés de bois ?

Parlant du réglage du poêle à granulés, il faut : effectuer un ajustement du débit d’air en tenant compte de la qualité des pellets. Ensuite, il faut modifier la température de chauffe en dessous de 19° C. Cette précaution évite la surchauffe du logement. En réalité, en chauffant à plus de 19° C, la consommation supplémentaire s’estime à 7 % par degré excédé.

Le paramétrage du thermostat est aussi primordial. Ceci résulte d’un savoir-faire afin d’être dans les normes. Ainsi, une alternative est d’opter pour une température de 15° C en étant absent. Cette température peut diminuer jusqu’à 8° C si l’absence prend des jours.

De la même manière, les pellets aussi sont à considérer dans la modération de la consommation. En effet, ils doivent être : maintenus dans un lieu sec en étant entreposés et à l’abri de la lumière. L’idéal est de les préserver en silo hermétique. Aussi, en choisissant les sacs de pellets, il faut : veiller à ce qu’ils soient : maintenus dans des bacs en bois ou en métal. Les laisser sur une palette n’est : pas recommandé.

Qu’en est-il du ventilateur de poêle pour économiser les pellets ?

Lorsqu’on fait usage d’un poêle à bois ou un poêle à pellets, la chaleur est ascendante le long du conduit. Ceci chauffe le plafond. Ainsi, afin d’éviter la perte de cette chaleur, un petit accessoire est convenable à cet effet. Il s’agit du ventilateur de poêle qui fait des exploits cette année.

Son installation est rapide et il fonctionne grâce à l’effet Seebeck. L’installation se fait sur le conduit ou sur le poêle. L’effet Seebeck stipule la naissance d’un courant électrique suite à l’application d’une différence de température à deux matériaux conducteurs différents.  Ces matériaux sont : mis en contact et le courant génère dans le circuit.

Quelles sont les alternatives aux pellets de bois pour le chauffage ?

Le marché des énergies renouvelables ne cesse de croître, et les pellets de bois n’en sont qu’une partie. Il existe donc d’autres alternatives pour le chauffage qui peuvent être envisagées.

L’aérothermie est l’une des possibilités les plus populaires en ce moment. Effectivement, elle permet un gain énergétique considérable par rapport à une installation classique. Elle est aussi très prisée dans la construction neuve pour sa facilité d’installation et ses performances incontestables en termes d’économie d’énergie.

Une autre option consiste en l’utilisation de la géothermie. Cette technique utilise le sol comme source de chaleur ou de fraîcheur selon les besoins. La géothermie est particulièrement intéressante car elle permet aussi une climatisation gratuite pendant l’été grâce aux puits canadiens.

Lespompes à chaleur sont aussi très performantes pour économiser sur la facture énergétique. Elles récupèrent jusqu’à 75% de leur énergie du sol, de l’eau ou encore de l’air environnant, ce qui leur donne une faible consommation électrique comparativement aux autres appareils.

Il y a le gaz naturel qui offre un rendement tout aussi satisfaisant que celui des pellets sans nécessiter autant d’espace ni avoir besoin du chargement régulier nécessaire avec ces derniers. Le choix dépendra ainsi essentiellement des préférences individuelles et surtout budgétaires : toutes ces options ont leurs avantages et leurs inconvénients, mais elles constituent assurément un investissement durable face aux fluctuations de la facture énergétique.

Comment entretenir son poêle à pellets pour optimiser sa consommation ?

Le poêle à pellets est une solution de chauffage économique et écologique, mais pour qu’il fonctionne efficacement, il nécessite un entretien régulier. Voici quelques astuces pour optimiser la consommation de votre poêle à pellets.

Vérifiez régulièrement le réservoir. Il doit être rempli en permanence pour que le poêle fonctionne correctement. Si vous ne remplissez pas assez souvent le réservoir, la combustion sera moins performante et cela entraînera une surconsommation.

Nettoyez les composants du poêle à pellets avec soin : la vitre du foyer doit être propre afin de permettre une bonne visibilité des flammèches qui constituent un spectacle apaisant lorsqu’elles brûlent ; les cendres accumulées doivent être retirées fréquemment car elles peuvent bloquer l’entrée d’air frais nécessaire au bon fonctionnement du système ou encore enrayer certains types de mécanismes dont dépendent ses performances ; quant aux grilles d’aération, dans certains cas, elles doivent aussi être dépoussiérées adroitement afin d’éviter tout blocage susceptible de causer des dysfonctionnements énergétiques ou même endommager l’appareil.

Vous devez vérifier les joints périodiquement. Effectivement, ceux-ci sont soumis à rude épreuve sous l’action répétitive des hautes températures pendant plusieurs heures chaque jour, ce qui peut altérer leur étanchéité au bout d’un moment et ainsi engendrer des fuites susceptibles de provoquer la dispersion des pellets dans la pièce.

Il est fortement recommandé de faire inspecter l’ensemble du système par un professionnel annuellement. Celui-ci pourra s’assurer que le poêle fonctionne correctement et évitera toute panne ou défaillance technique.

Si vous constatez une baisse notable des performances énergétiques malgré l’entretien régulier effectué, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel qui saura diagnostiquer le problème : celui-ci peut être dû à divers facteurs tels qu’une mauvaise qualité des pellets utilisés, une installation non conforme aux normes en vigueur ou encore un souci mécanique avec certains composants. L’entretien d’un poêle à pellets est primordial pour garantir son efficacité énergétique et sa durabilité.

Maison